TETIKA SY PAIKA

bd-tetika-sy-paikaBD « TETIKA SY PAIKA » Editée par PAIQ en 1996
Format 21 x 29,7cm Noir et Blanc
Version Malgache
Scénario : Mamy Raharolahy
Dessin : Didier Mada
Assistant : Gilbert Rakotosolofo
Lettrage : Bruce Rasolofiakarana
Dessin de couverture : Didier Mada et Gilbert Rakotosolofo
 
Une BD commandée par  l’ONG PAIQ (Programme d’Appui aux initiatives de quartier à Tananarive). La BD a été financée par la mission Française de coopération (CFD) et le gouvernement Malgache  (Primature) dans le cadre du Programme PAIQ
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Synopsis détaillé
 

Il s’agit d’une femme lavandière, Madame RASOA, ayant trois enfants à charge qui lors d’une première intervention de l’ONG PAIQ refuse de participer à la vie communautaire, plus précisément dans la tentative d’une ONG Ressources d’étudier avec la population du quartier les problèmes du quartier et de les solutionner ensemble.Déjà elle trouve que la condition de vie est très difficile et qu’elle doit lutter toute seule pour assurer le pain quotidien de la famille. Etant lavandière de profession, elle est habituée à la pénibilité des travaux de lessive, aux disputes entre lavandières et au vol de linge, aux déplacements dans les quartiers voisins ( capacité d’accueil insuffisante ).Mais jusqu’à maintenant, elle arrive toujours à « survivre ». Elle a dit « sarotra ny mila amin’ny mahazatra »  (Il est difficile de changer d’habitude !). Elle donne de la « Tsodrano » (bénédiction) aux courageux. Arrive alors l’ONG Ressource qui concrétise avec l’association de quartier le projet de lavoir. Il a été décidé que les services auparavant gratuits seront désormais payants. Les membres devraient alors assister à des réunions successives qui pour RASOA ne sont que perte de temps.RASOA a confirmé à haute voix que des promesses sans suite ont déjà été données dans le quartier et continuent toujours à exister ! Malheureusement, le lavoir a été approuvé par tous les habitants du quartier. Les collègues de RASOA se voient actuellement alors allégées de leurs tâches : elles ne transportent plus d’eau pour faire de la lessive, le temps d’attente au lavoir n’existe plus. Toutes les lavandières se sont persuadées de l’augmentation des revenus. Le nouveau lavoir est ouvert 6 jours sur 7. Les autorités locales ont vu renforcer la capacité de l’Association en terme d’analyse de situation d’organisation et de gestion. On voit le renforcement de la crédibilité de l’Association aux yeux de la population.

Finalement, Madame RASOA a décidé d’adhérer à l’Association et d’aider à pérenniser l’acquis avec les collègues lavandières qui mettent en place un système de gestion et de maintenance. Joyeuse, elle cri «  Izay mitambatra vato, izay misarala fasika »(L’union fait la force, la division fait la poussière), elle lave alors ses linges au nouveau lavoir et de rend compte des avantages de la mise en œuvre du projet de quartier. C’est à partir de ce moment que madame RASOA accepte d’analyser avec la population les problèmes de quartier tel que l’assainissement. Des réunions ont eu lieu avec les collègues pour faire la répartition des tâches dans les projets envisagés. Madame RASOA est alors convaincue qu’il reste encore beaucoup de chose à faire dans le quartier et que les problèmes du quartier sont les problèmes de tout le monde.

TET1  TET2  TET8

 
Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s